PRESSE

L’IEIF dans la presse

Capital

L’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF), centre d’études et de réflexion sur l’investissement dans la pierre, publie également chaque année un tableau comparant les performances des SCPI pour l’année écoulée.

L’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF) a consacré sa traditionnelle matinée de travail prospective à l’impact de la Covid-19. L’occasion de jauger la puissance de l’effet des mesures d’endiguement de la crise mises en œuvre par l’Etat.

Selon une étude menée par PwC et l’Institut de l’Epargne Immobilière et Foncière (IEIF), les investisseurs délaissent le commerce et l’hôtellerie au profit du résidentiel et de la santé, considérées comme les classes d’actifs les plus attractives.

Peu à peu, les normes environnementales s’imposent dans la construction. Mais la rentabilité prime encore sur le social et la gouvernance.

« La majorité des entreprises de toutes tailles préparent des mesures d’économie, notamment sur le plan immobilier », dit un rapport publié en novembre par l’Institut de l’Epargne Immobilière et Foncière (IEIF).

La crise sanitaire a permis aux salariés d’expérimenter à une échelle inédite le télétravail. A l’heure des choix stratégiques en immobilier d’entreprise, les bureaux sont loin d’être condamnés… à condition de se réinventer. Christian de Kerangal, directeur général de l’Institut de l’Epargne Immobilière et Foncière (IEIF) nous explique.

L’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF) propose un classement de l’immobilier résidentiel francilien en huit grandes familles de secteurs. Un outil précieux pour les investisseurs.

La crise sanitaire va nécessairement faire évoluer les besoins immobiliers. Mais certaines sociétés de gestion anticipent déjà depuis plusieurs années les mutations à venir.

L’immobilier résidentiel d’Ile-de-France classé en 8 grandes familles de marchés. C’est ce que propose de façon totalement inédite l’Institut de l’Epargne Immobilière et Foncière (IEIF).

Pour mieux cerner la diversité et comprendre les sous-jacents spécifiques des marchés résidentiels dans le Grand Paris, l’IEIF publie un référentiel qualifié d’« inédit ».

L’IEIF (Institut de l’Epargne Immobilière et Foncière) apporte une autre lecture du marché de l’immobilier résidentiel en…

La toute jeune fintech tricolore vient de lever 3 millions d’euros pour s’imposer sur ce placement patrimonial. Le créneau est déjà bien rempli, mais elle mise sur une offre digitale sans frais.

Les rendements publiés par les SCPI au titre de l’année 2020 sont plus que satisfaisants. Les craintes d’un effondrement du marché de l’immobilier d’entreprise s’éloignent. Il ne faut toutefois pas sous-estimer les risques restants sur 2021.

Le gouvernement a décidé de passer la seconde concernant la transformation de bureaux en logements. Emmanuelle Wargon, ministre déléguée auprès de la ministre de la Transition écologique, chargée du Logement, a ainsi réuni des professionnels de l’immobilier (l’IEIF, l’Union sociale pour l’habitat, Action logement groupe, la Fédération des promoteurs immobiliers) afin d’échanger sur les actions menées. L’occasion aussi de dresser une feuille de route associant les pouvoirs publics et les partenaires privés.

Emmanuelle Wargon, ministre déléguée chargée du Logement, a fait le point avec l’IEIF, l’USH, Action Logement, la FPI et les autres…

L’année 2020 restera singulière à plus d’un titre, y compris pour le marché de l’immobilier. Toutefois, la pierre demeure un pilier des stratégies de placements.

De l’initiative de l’entreprise Novaxia, en partenariat avec quelques compagnies d’assurances vie françaises, le projet de réhabilitation de vieux immeubles professionnels verra bientôt le jour.

Le traditionnel colloque de l’IEIF était entièrement à distance ce 27 janvier. Cela n’a pas empêché une profusion d’analyses passionnantes sur les muta­tions fortes emportées par la crise sanitaire. En voici quelques échos.

Lors du colloque de l’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF) du 27 janvier 2021, organisé sur le thème « Quels avenirs pour l’immobilier ? », investisseurs institutionnels et acteurs de la fabrique de la ville se sont rejoints sur plusieurs points. Si les premiers ont confirmé leur retour sur le résidentiel, ils ont regretté le manque d’offres en France. Les seconds ont déploré la complexité de l’adaptation du bâti existant et prôné la densification.

La crise sanitaire n’a pas épargné le marché des SCPI. Quel est le bilan de cette année 2020 et quelles sont les perspectives pour 2021.

La hiérarchisation des valeurs, à l’œuvre depuis l’apparition de la crise sanitaire, a des conséquences inattendues sur le marché. À l’occasion du colloque de l’IEIF…

« La finance a un rôle clé à jouer dans la fabrique de la ville durable. L’opportunité de taux d’intérêt très bas permet des solutions innovantes et la fin de l’opposition entre une partie qui gagne, qui impliquerait nécessairement que l’autre perde. Aujourd’hui, il est possible de faire des produits rentables à impact social », estime Xavier Lépine, président de l’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF), dans une tribune…

Peau de chagrin. Le Covid-19 n’a pas fait que mettre à plat l’économie mondiale, il a également balayé les usages en matière de mode de travail. Confinement(s) oblige(nt), le télétravail est devenu la norme absolue pour une grande partie des entreprises françaises notamment, au point de trotter désormais dans la tête de nombreux dirigeants…

Fin mars, Novaxia et plusieurs assureurs lancent un fonds qui mise sur la transformation de bureaux en habitations, plus rentable que les fonds euros. Accessible dès 100 euros.

Encore peu développées il y a deux ans, les opérations de « build to rent » se multiplient.
Le marché immobilier espagnol suscite les convoitises. Si les mastodontes anglo-saxons (Cerberus, Blackstone) sont déjà bien exposés sur ce marché, d’autres acteurs internationaux poussent leurs pions.

Axa s’engage à créer 25.000 logements en dix ans, en partenariat avec Inli (Action Logement).
On n’avait pas vu une telle effervescence depuis bien longtemps. Banques, assureurs et mutuelles, chargés de placer l’épargne de leurs clients, se tournent à nouveau vers le logement.

Pour ce premier exercice de simulation, l’IEIF a considéré 4 critères principaux impactant la surface de bureaux occupée et a retenu 3 scénarios.
Dans le cadre des travaux conduits pour son Club Analyse & Prévision constitué d’investisseurs institutionnels, français et internationaux, de banques ou encore de promoteurs-constructeurs, l’IEIF évalue pour la première fois l’impact potentiel du télétravail sur le parc et la demande de bureaux en Ile-de-France à moyen terme…

Une étude de l’IEIF montre que sur une base de 41 % des entreprises qui passeraient à 2 jours de télétravail par semaine, le gain de surface de bureaux envisageable serait de 27% en région parisienne. Sur le parc de bureaux franciliens, cela représenterait l’équivalent de 3,3 millions de mètres carrés en moins.

Pour ce premier exercice de simulation, l’IEIF a considéré 4 critères principaux impactant la surface de bureaux occupée et a retenu 3 scénarios.
Dans le cadre des travaux conduits pour son Club Analyse & Prévision constitué d’investisseurs institutionnels, français et internationaux, de banques ou encore de promoteurs-constructeurs, l’IEIF évalue pour la première fois l’impact potentiel du télétravail sur le parc et la demande de bureaux en Ile-de-France à moyen terme…

Si le recours au télétravail s’est fortement amplifié avec la crise sanitaire, une réduction potentielle du nombre de postes de travail ne se répercute pas de manière symétrique sur les surfaces occupées par les entreprises, révèle une étude réalisée par l’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF).

Pour ce premier exercice de simulation, l’IEIF a considéré 4 critères principaux impactant la surface de bureaux occupée et a retenu 3 scénarios.
Dans le cadre des travaux conduits pour son Club Analyse & Prévision constitué d’investisseurs institutionnels, français et internationaux, de banques ou encore de promoteurs-constructeurs, l’IEIF évalue pour la première fois l’impact potentiel du télétravail sur le parc et la demande de bureaux en Ile-de-France à moyen terme…

Bien de première nécessité, le logement résiste mieux à la crise que l’immobilier d’entreprise. Son profil défensif plaît d’autant plus aux investisseurs institutionnels que le rendement des actifs résidentiels n’est plus si éloigné de celui des bureaux ou du commerce. Mais les opportunités d’achat sont rares sur ce marché de plus en plus compétitif. Les biens situés en périphérie de Paris et en Europe du Nord sont privilégiés.

Selon une étude menée par PwC et l’Institut de l’Epargne Immobilière et Foncière (IEIF), les investisseurs délaissent le commerce et l’hôtellerie au profit du résidentiel et de la santé, considérées comme les classes d’actifs les plus attractives.