PRESSE

L’IEIF dans la presse

(…) Et, qu’aucune de ces classes d’actifs ne dépasse 50 % de la valeur totale du patrimoine immobilier de la SCPI », détaille Stéphanie Galiègue, directrice générale déléguée en charge de la recherche et des études à l’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF).

Dans son dernier petit déjeuner conférence, l’association des directeurs immobiliers (ADI) a interrogé les relations entre l’utilisateur d’un bâtiment et l’investisseur. Ce débat était organisé en partenariat avec l’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF).

(…) Les pouvoirs publics, qui surveillent le crédit comme le lait sur le feu, exigent que les banques limitent la durée d’emprunt à vingt-cinq ans et que les mensualités ne dépassent pas 35 % des revenus. «Jusqu’à récemment ces limitations ne posaient pas trop de problèmes. Aujourd’hui, oui», constate Christian de Kerangal, directeur général adjoint de l’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF).

L’étude de l’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF) sur l’impact du télétravail sur le parc de bureaux en Ile-de-France publiée après le premier confinement est encore dans toutes les têtes.

Sans doute auraient-ils mieux fait de placer leurs économies en Bourse: selon la dernière étude de l’IEIF (Institut de l’épargne immobilière et foncière) sur les performances comparées des placements sur longue période,

CapitalPortés par l’essor du e-commerce, ces véhicules d’investissement survolent en effet le marché, avec un taux de distribution moyen de 5,38%. Mais là encore, la prudence est de mise chez les gérants puisque cette performance culminait à 5,67% en 2021, selon les données de l’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF).

Lors de la première élection de François Mitterrand à la présidence de la République, certains Français avaient tenté de passer clandestinement des valises de billets à la frontière suisse par crainte des nationalisations et des confiscations. Sans doute auraient-ils mieux fait de placer leurs économies en Bourse : selon la dernière étude de l’IEIF (Institut de l’épargne immobilière et foncière) sur les performances comparées des placements sur longue période, sur ces quatre dernières décennies, ce sont les actions qui ont réalisé la meilleure performance, avec un taux de rendement interne (TRI) moyen brut annuel de 14,7 % !

CapitalLe chiffre du jour : 14,6%. C’est la rentabilité annuelle moyenne des actions entre 1981 et 2021, selon la dernière édition de “40 ans de performances comparées” publiée par l’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF).

Le meilleur placement, c’est l’immobilier…. logistique. Selon les statistiques de l’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF), dévoilées par Capital, l’investissement dans des entrepôts ou des hangars a rapporté près de 20% par an au cours des 5 dernières années.

CapitalSi l’investissement dans les actions affole les compteurs sur très longue période, l’immobilier affiche les meilleurs rendements à plus court terme, selon les statistiques de l’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF).

D’après les chiffres publiés par l’Association française des sociétés de placement immobilier (Aspim) et l’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF), en 2021, les particuliers ont investi 7,4 milliards d’euros dans des parts de sociétés civiles de placement immobilier (SCPI), un chiffre en hausse de 22 % par rapport à 2020.

En 2021, ils y ont consacré 7,4 milliards d’euros de versements, d’après les données de l’Association française des sociétés de placement immobilier (Aspim) et de l’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF).

« Désormais les ‘taux de distribution’ sont calculés sur la base des loyers perçus bruts de fiscalité et avant prélèvements libératoires », confie Stéphanie Galiègue, directrice générale adjointe chargée de la recherche et des études à l’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF). Cela permet de mettre toutes les SCPI sur un pied d’égalité en gommant l’avantage fiscal des biens immobiliers situés à l’étranger.

 « Désormais, une nouvelle nomenclature est en vigueur : les SCPI sont réparties en 8 nouvelles catégories ; 7 sont appelées « à prépondérance d’investissement » et la dernière regroupe les « diversifiées », explique Stéphanie Galiègue, directrice générale adjointe chargée de la recherche et des études à l’IEIF (Institut de l’épargne immobilière et foncière).

« La Russie contribue à plus de 12 % de la production mondiale de platinium et à 40 % de celle de palladium », rappellent Pierre Schoeffler et Béatrice Guedj, tous deux économistes et senior advisors de l’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF), dans une note publiée le 2 mars.

L’histoire nous rapporte 4 périodes de stagflation dont les effets sur l’immobilier ont été protéiformes. La première a eu lieu en 1973 et 1979 avec les chocs pétroliers et durant cet épisode, l’immobilier a connu « une performance globale positive portée par les rendements en capital alors que les rendements locatifs réels étaient négatifs », analyse l’IEIF.

« Sept catégories sont dites “à prépondérance d’investissement” car elles regroupent les SCPI dont le patrimoine est placé à plus de 70 % dans une seule typologie d’actifs. La huitième, appelée “diversifiée”, concerne les SCPI investissant dans au moins trois catégories de biens, aucun ne devant représenter plus de 50 % du patrimoine », détaille Stéphanie Galiègue, directrice générale adjointe chargée de la recherche et des études à l’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF).

D’après l’Aspim et l’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF), le rendement moyen des sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) a atteint 4,45 % en 2021, exprimé en taux de distribution, nouvel indi­cateur de performance tenant compte du dividende brut de fiscalité (…)

Au 02/03/2022, « les marchés de l’immobilier coté en Europe n’envoient pas de signaux particuliers », indiquent Pierre Schoeffler et Béatrice Guedj, seniors advisors à l’ Institut de l’épargne immobilière (…)

Dans une note envoyée ce mercredi 2 mars, l’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF) estime que la guerre en Ukraine mettra la pression sur les prix de l’énergie, l’acier et les métaux rares et aura tendance à réduire les investissements des entreprises, si aucune issue diplomatique n’est rapidement trouvée.

En termes de rentabilité, sur la période 2000-2020, « l’immobilier, sous toutes ses déclinaisons, se place devant les autres placements », établit l’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF) dans sa dernière étude comparative.

Cette manne financière a permis aux SCPI d’étendre leur parc locatif. Selon, les chiffres de l’Institut de l’Epargne Immobilière et Foncière (IEIF), elles ont ainsi réalisé pour près de 7,8 milliards d’euros d’acquisition sur l’année. Les investissements portent principalement sur les bureaux (58%), suivis par la santé et l’éducation (17%), les commerces (11%), la logistique (5%), le résidentiel (3%) ou encore l’hôtellerie et les loisirs (3%)

En 2021, une année pourtant agitée sur le front sanitaire, le taux de distribution moyen de ces produits s’est établi à 4,45%, selon un calcul de l’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF), que Mieux Vivre Votre Argent s’est procuré et vous dévoile en exclusivité.

La Matinée Prospective « Quelles trajectoires pour l’immobilier ? Entre forces de ruptures et évolutions tendancielles », du 26 janvier dernier, a été l’occasion pour l’IEIF de présenter, comme chaque année, ses analyses et ses prévisions concernant l’économie et les principales classes d’actifs immobiliers.

Détail important : face au grand retour de l’inflation, la SCPI tire son épingle du jeu. « Selon leur typologie, ces véhicules révisent annuellement leurs loyers sur la base de deux indices Insee que sont l’indice des loyers commerciaux (ILC) et l’indice des loyers des activités tertiaires (Ilat). Ce dernier intègre 50 % de l’évolution des prix à la consommation et 25 % du PIB et de l’indice de la construction », détaille Stéphanie Galiègue, déléguée générale adjointe de l’IEIF.

Christian de Kerangal, directeur général de l’Institut de l’Epargne Immobilière et Foncière (IEIF) : En termes d’investissement en immobilier d’entreprise, les flux enregistrés en 2021 ont été légèrement inférieurs à 2020 et très inférieurs à 2019.

Capital(…) Ainsi, malgré la crise, ces véhicules de la “pierre papier” ont de nouveau servi un rendement de belle facture en 2020, à 4,18% en moyenne, selon l’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF).

“Paris intra muros est le seul secteur de l’Île-de-France où le marché du bureau se porte plutôt bien.” Selon les chiffres de l’IEIF, le niveau de vacance des bureaux parisiens serait passé de 2,5% en 2019 à 4,5% aujourd’hui. »

(…) De plus, ces placements affichent une rentabilité très alléchante : selon l’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF), elle était en moyenne de 4,18% en 2020 et de 4,40% en 2019.

Alors que se termine la COP26 à Glasgow, le colloque de l’IEIF consacré à l’immobilier face à l’urgence climatique, mettait en lumière ce 16 novembre l’impact des préoccupations environnementales sur notre secteur.

Du sang, du labeur, des larmes et de la sueur. C’est un peu ce qu’Alain Taravella a promis en introduction du colloque de l’IEIF.

Les ventes de ce produit prisé des épargnants tricolores ont augmenté de 15 % par rapport à la même période en 2020, mais elles restent intérieures de 15 % au montant record de 2019, selon l’Association française des sociétés de placement immobilier (Aspim) et l’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF).

En l’espace de six ans, les fonds immobiliers, chouchous des épargnants, ont doublé de taille. La capitalisation des sociétés civiles de placement immobilier ( SCPI ) a été multipliée par deux pour atteindre 75 milliards d’euros à la fin du premier semestre, selon l’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF).

Selon l’Aspim et l’IEIF, les trois grandes catégories de fonds à destination des particuliers ou distribués par l’assurance-vie ont vu leurs performances augmenter depuis (…)

La pandémie a bousculé la hiérarchie des placements selon l’Institut de l’épargne immobilière et foncière. L’immobilier d’entreprise a particulièrement souffert.

L’IEIF et PwC, qui suivent de près le marché du financement immobilier, ont fait paraître leur étude pour l’année 2020.

C’est sûrement son édition la plus éloquente. L’IEIF et PwC, qui suivent de près le marché du financement immobilier, ont fait paraître leur étude pour l’année 2020.

La Bourse ou la pierre, faut-il choisir ? Jusqu’à 30 ans, les performances de l’immobilier sont devant celles des actions. Au-delà, elles s’égalisent et se font même dépasser après 40 ans. C’est ce qui ressort de la dernière étude comparative de l’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF) publiée ce jeudi 7 octobre

La pandémie de Covid 19 a bouleversé la hiérarchie du rendement des placements sur le court terme. Mais qu’en est-il sur le long terme ? L’Institut de l’épargne immobilière et foncière dévoile les résultats de sa dernière étude.

Et ils ont raison, sur la période 2009-2019, les logements à l’échelle nationale ont rapporté l’équivalent de 6,3 % de rendement annuel brut, en intégrant la valorisation de la pierre, selon une étude de l’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF).

(…) Les données publiées en mars dernier par l’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF) le confirment, si « l’on cherche un revenu résilient dans le temps, mieux vaut opter pour des SCPI, qui sur cinq ans ou plus affichent en moyenne un niveau de volatilité cinq à six fois inférieur à celui des foncières cotées », conseille Mathilde Krieger, directrice générale de Novaxia Investissement. ‘…)

« L’absence de rebond est liée notamment aux questions sur l’avenir du bureau et à la défiance actuelle envers le commerce. Mais vingt milliards ce n’est pas rien. Lors de la crise financière de 2008-2009, les investissements étaient tombés à 9 milliards d’euros ! », rappelle Christian de Kerangal, directeur général de l’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF).

(…) « Voilà des années que les pouvoirs publics cherchaient à convaincre les investisseurs institutionnels de s’intéresser aux immeubles d’habitation », rappelle Xavier Lépine, président de l’Institut de l’épargne immobilière et foncière. (…)

D’après le bulletin d’information trimestriel publié par l’ASPIM-IEIF, le volume de collecte des SCPI et OPCI progresse continuellement au second trimestre 2021. Il s’élève à 2 Md€, soit une hausse de 12 % par rapport au premier trimestre 2021.

Rentrée sur les chapeaux de roue pour la pierre papier ! L’Aspim et l’IEIF (1) ont publié ce 1er septembre les chiffres de collecte et de performance semestriels des fonds immobiliers non cotés.

(…) Ainsi, selon Christian de Kerangal, le directeur général de l’IEIF (Institut de l’épargne immobilière et foncière), « 3 à 6 millions de mètres carrés seraient voués à devenir vacants en Île-de-France dans le 10 ans à venir avec la montée en puissance du télétravail. » (…)

(…) La tendance est durable, d’après Christian de Kerangal, directeur général de l’IEIF : « Les investisseurs institutionnels cherchent à diversifier leur patrimoine à l’international depuis les années 2010, et plus encore depuis 2015, pour élargir leur terrain de jeu face à une concurrence très forte sur le plan national. » (…)

(…) La crise sanitaire est en train de rebattre les cartes de l’immobilier tertiaire dans l’Hexagone. Ainsi, selon Christian de Kerangal, le directeur général de l’IEIF (Institut de l’épargne immobilière et foncière), “3 à 6 millions de mètres carrés seraient voués à devenir vacants en Ile-de-France dans les 10 ans à venir avec la montée en puissance du télétravail”. (…)

(…) Cette étude porte sur un échantillon représentatif de 53 SCPI durant la période 2003-2019, d’après les données de l’IEIF.(…)

« Les immeubles avec un label environnemental ont tendance à devenir obsolètes moins rapidement que les autres, notamment parce qu’ils répondent mieux aux demandes des locataires. Sur le segment des bureaux, ces immeubles se louent également plus vite et perdent moins de valeur », constate Christian de Kerangal, directeur général de l’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF).

(…)  selon une estimation de l’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF), le déploiement du télétravail pourrait justifier une baisse de 12 à 36% de la surface de bureaux nécessaires aux entreprises en Île-de-France.

Capital(…) Les actions restent en effet le placement le plus rentable sur longue période selon l’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF).

(…) « Aujourd’hui, nombre d’entre elles privilégient des locaux avec un espace modulable, en plein cœur de ville et avec davantage de services », constate Christian de Kerangal, directeur général de l’Institut de l’épargne immobilière & foncière (IEIF). (…)

(…) Selon l’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF), le passage à deux jours de télétravail par semaine pourrait libérer 3,5 millions de mètres carrés de bureaux d’entreprise, soit 7 % du parc total en Ile-de-France. De quoi donner des idées… (…)

Actions, livret A, or, immobilier, SCPI : quelle est la classe d’actifs la plus performante ? La moins risquée ? Réponse avec l’étude de l’IEIF, commentée par Guillaume Arnaud, Président de Sofidy.

Les statistiques de l’Aspim et l’IEIF sur la collecte des SCPI et OPCI grand public au premier trimestre 2021 notent une collecte de 1,8…

Capital… Le guide de la fiscalité des SCPI, réalisé par l’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF) et mis en ligne par le site pierrepapier.fr, donne un exemple parlant de ce mécanisme : …

Serait-ce le début de la remontada ? Après plusieurs mois de turbulences, les SCPI et OPCI retrouvent quelques couleurs. C’est ce qui ressort des chiffres de collecte et performances au premier trimestre publiés ce mercredi 12 mai par l’Association des placements immobiliers (Aspim) et l’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF).

… Selon l’institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF), qui met bout à bout le rendement et la valorisation d’un actif (ou dit autrement le taux de rendement interne, TRI), l’immobilier résidentiel est le seul placement à se faire une place dans le trio de tête des produits d’épargne les plus rentables, quelle que soit la durée, à 10, 20, 30, voire 40 ans.

Les investisseurs immobiliers européens semblent plutôt volontaires pour développer leur politique ISR mais demandent à ce que tous jouent avec les mêmes règles. C’est ce qui ressort de l’étude menée par Green Soluce et l’Institut de l’épargne immobilière & foncière (IEIF) sur les pratiques ESG des investisseurs institutionnels, foncières cotées, sociétés de gestion de fonds immobiliers non-cotés…

Quel est l’état des lieux des pratiques ESG chez les investisseurs immobiliers en Europe ? Quels sont les principaux défis identifiés, ainsi que les moteurs pour amplifier les stratégies d’investissement et de gestion d’actifs responsables en termes environnementaux, sociaux/sociétaux et de gouvernance ? Quelles thématiques prioritaires ces acteurs identifient-ils pour l’avenir ? Pour répondre à ces questions, Green Soluce et l’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF) dressent une vue d’ensemble des meilleures pratiques de l’investissement immobilier responsable en Europe à travers une étude inédite : « ESG Trends in Real Estate Investment : Best practices, drivers and challenges in Europe ».

Capital

L’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF), centre d’études et de réflexion sur l’investissement dans la pierre, publie également chaque année un tableau comparant les performances des SCPI pour l’année écoulée.

L’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF) a consacré sa traditionnelle matinée de travail prospective à l’impact de la Covid-19. L’occasion de jauger la puissance de l’effet des mesures d’endiguement de la crise mises en œuvre par l’Etat.

Selon une étude menée par PwC et l’Institut de l’Epargne Immobilière et Foncière (IEIF), les investisseurs délaissent le commerce et l’hôtellerie au profit du résidentiel et de la santé, considérées comme les classes d’actifs les plus attractives.

Peu à peu, les normes environnementales s’imposent dans la construction. Mais la rentabilité prime encore sur le social et la gouvernance.

« La majorité des entreprises de toutes tailles préparent des mesures d’économie, notamment sur le plan immobilier », dit un rapport publié en novembre par l’Institut de l’Epargne Immobilière et Foncière (IEIF).

La crise sanitaire a permis aux salariés d’expérimenter à une échelle inédite le télétravail. A l’heure des choix stratégiques en immobilier d’entreprise, les bureaux sont loin d’être condamnés… à condition de se réinventer. Christian de Kerangal, directeur général de l’Institut de l’Epargne Immobilière et Foncière (IEIF) nous explique.

L’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF) propose un classement de l’immobilier résidentiel francilien en huit grandes familles de secteurs. Un outil précieux pour les investisseurs.

La crise sanitaire va nécessairement faire évoluer les besoins immobiliers. Mais certaines sociétés de gestion anticipent déjà depuis plusieurs années les mutations à venir.

L’immobilier résidentiel d’Ile-de-France classé en 8 grandes familles de marchés. C’est ce que propose de façon totalement inédite l’Institut de l’Epargne Immobilière et Foncière (IEIF).

Pour mieux cerner la diversité et comprendre les sous-jacents spécifiques des marchés résidentiels dans le Grand Paris, l’IEIF publie un référentiel qualifié d’« inédit ».

L’IEIF (Institut de l’Epargne Immobilière et Foncière) apporte une autre lecture du marché de l’immobilier résidentiel en…

La toute jeune fintech tricolore vient de lever 3 millions d’euros pour s’imposer sur ce placement patrimonial. Le créneau est déjà bien rempli, mais elle mise sur une offre digitale sans frais.

Les rendements publiés par les SCPI au titre de l’année 2020 sont plus que satisfaisants. Les craintes d’un effondrement du marché de l’immobilier d’entreprise s’éloignent. Il ne faut toutefois pas sous-estimer les risques restants sur 2021.

Le gouvernement a décidé de passer la seconde concernant la transformation de bureaux en logements. Emmanuelle Wargon, ministre déléguée auprès de la ministre de la Transition écologique, chargée du Logement, a ainsi réuni des professionnels de l’immobilier (l’IEIF, l’Union sociale pour l’habitat, Action logement groupe, la Fédération des promoteurs immobiliers) afin d’échanger sur les actions menées. L’occasion aussi de dresser une feuille de route associant les pouvoirs publics et les partenaires privés.

Emmanuelle Wargon, ministre déléguée chargée du Logement, a fait le point avec l’IEIF, l’USH, Action Logement, la FPI et les autres…

L’année 2020 restera singulière à plus d’un titre, y compris pour le marché de l’immobilier. Toutefois, la pierre demeure un pilier des stratégies de placements.

De l’initiative de l’entreprise Novaxia, en partenariat avec quelques compagnies d’assurances vie françaises, le projet de réhabilitation de vieux immeubles professionnels verra bientôt le jour.

Le traditionnel colloque de l’IEIF était entièrement à distance ce 27 janvier. Cela n’a pas empêché une profusion d’analyses passionnantes sur les muta­tions fortes emportées par la crise sanitaire. En voici quelques échos.

Lors du colloque de l’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF) du 27 janvier 2021, organisé sur le thème « Quels avenirs pour l’immobilier ? », investisseurs institutionnels et acteurs de la fabrique de la ville se sont rejoints sur plusieurs points. Si les premiers ont confirmé leur retour sur le résidentiel, ils ont regretté le manque d’offres en France. Les seconds ont déploré la complexité de l’adaptation du bâti existant et prôné la densification.

La crise sanitaire n’a pas épargné le marché des SCPI. Quel est le bilan de cette année 2020 et quelles sont les perspectives pour 2021.

La hiérarchisation des valeurs, à l’œuvre depuis l’apparition de la crise sanitaire, a des conséquences inattendues sur le marché. À l’occasion du colloque de l’IEIF…

« La finance a un rôle clé à jouer dans la fabrique de la ville durable. L’opportunité de taux d’intérêt très bas permet des solutions innovantes et la fin de l’opposition entre une partie qui gagne, qui impliquerait nécessairement que l’autre perde. Aujourd’hui, il est possible de faire des produits rentables à impact social », estime Xavier Lépine, président de l’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF), dans une tribune…

Encore peu développées il y a deux ans, les opérations de « build to rent » se multiplient.
Le marché immobilier espagnol suscite les convoitises. Si les mastodontes anglo-saxons (Cerberus, Blackstone) sont déjà bien exposés sur ce marché, d’autres acteurs internationaux poussent leurs pions.

Peau de chagrin. Le Covid-19 n’a pas fait que mettre à plat l’économie mondiale, il a également balayé les usages en matière de mode de travail. Confinement(s) oblige(nt), le télétravail est devenu la norme absolue pour une grande partie des entreprises françaises notamment, au point de trotter désormais dans la tête de nombreux dirigeants…

Fin mars, Novaxia et plusieurs assureurs lancent un fonds qui mise sur la transformation de bureaux en habitations, plus rentable que les fonds euros. Accessible dès 100 euros.

Axa s’engage à créer 25.000 logements en dix ans, en partenariat avec Inli (Action Logement).
On n’avait pas vu une telle effervescence depuis bien longtemps. Banques, assureurs et mutuelles, chargés de placer l’épargne de leurs clients, se tournent à nouveau vers le logement.

Pour ce premier exercice de simulation, l’IEIF a considéré 4 critères principaux impactant la surface de bureaux occupée et a retenu 3 scénarios.
Dans le cadre des travaux conduits pour son Club Analyse & Prévision constitué d’investisseurs institutionnels, français et internationaux, de banques ou encore de promoteurs-constructeurs, l’IEIF évalue pour la première fois l’impact potentiel du télétravail sur le parc et la demande de bureaux en Ile-de-France à moyen terme…

Une étude de l’IEIF montre que sur une base de 41 % des entreprises qui passeraient à 2 jours de télétravail par semaine, le gain de surface de bureaux envisageable serait de 27% en région parisienne. Sur le parc de bureaux franciliens, cela représenterait l’équivalent de 3,3 millions de mètres carrés en moins.

Pour ce premier exercice de simulation, l’IEIF a considéré 4 critères principaux impactant la surface de bureaux occupée et a retenu 3 scénarios.
Dans le cadre des travaux conduits pour son Club Analyse & Prévision constitué d’investisseurs institutionnels, français et internationaux, de banques ou encore de promoteurs-constructeurs, l’IEIF évalue pour la première fois l’impact potentiel du télétravail sur le parc et la demande de bureaux en Ile-de-France à moyen terme…

Si le recours au télétravail s’est fortement amplifié avec la crise sanitaire, une réduction potentielle du nombre de postes de travail ne se répercute pas de manière symétrique sur les surfaces occupées par les entreprises, révèle une étude réalisée par l’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF).

Pour ce premier exercice de simulation, l’IEIF a considéré 4 critères principaux impactant la surface de bureaux occupée et a retenu 3 scénarios.
Dans le cadre des travaux conduits pour son Club Analyse & Prévision constitué d’investisseurs institutionnels, français et internationaux, de banques ou encore de promoteurs-constructeurs, l’IEIF évalue pour la première fois l’impact potentiel du télétravail sur le parc et la demande de bureaux en Ile-de-France à moyen terme…

Bien de première nécessité, le logement résiste mieux à la crise que l’immobilier d’entreprise. Son profil défensif plaît d’autant plus aux investisseurs institutionnels que le rendement des actifs résidentiels n’est plus si éloigné de celui des bureaux ou du commerce. Mais les opportunités d’achat sont rares sur ce marché de plus en plus compétitif. Les biens situés en périphérie de Paris et en Europe du Nord sont privilégiés.